Les Faits d'Armes, Ecrits, Récits

Les Faits d'Armes, Ecrits, Récits

Historique du Mouvement LIBERTÉ (sud) d'aout 42 à Décembre 42
Août 1942

LES GROUPES FRANCS

AOÛT 1942

BOIS convoque Édouard ALEXANDER avec LAURON et BROWN ; il leur propose de former des GROUPES FRANCS dans le département et leur remet du matériel.

- BROWN est nommé Chef Régional GROUPES FRANCS,
- E. ALEXANDER est nommé Chef Départemental.
Ils font un voyage à MARSEILLE d'où ils ramènent 20 K d'explosifs.

Le recrutement de GROUPES FRANCS est difficile ; les premiers membres seront BROWN, Édouard et Raymond ALEXANDER, CARISIO, ISSAURAT et LONGHI

FIN 1942, l'effectif des GROUPES FRANCS est de :

- 9 mains pour NICE soit 27 Hommes.
- 1 main pour VENGE
- 1 main pour SOSPEL
- 3 mains pour CANNES
- 2 mains pour ANTIBES
- 1 main pour BEAUSOLEIL
- 1 main pour LA TURBIE
Seuls les anciens membres de LIBERTÉ furent volontaires pour les GROUPES FRANCS malgré les prises de contact avec tous les effectifs dont E. ALEXANDER avait la disposition.

SEPTEMBRE/OCTOBRE 1942.

Le mois de septembre 1942 correspond à une formation très poussée des GROUPES FRANCS avec des entraînements au pistolet, à la mitraillette, au plastic, à la grenade.

Pour faire ces entraînements il nous faut nous éloigner de tout centre habité à cause du bruit dans des zones que nous pouvons ; c'est ainsi que nous sommes souvent allés nous entraîner au MONT AGEL.

Des petits sabotages sont effectués par les différentes mains : 2 fois garage PAOLINI, JÂPY, CAVAZZA, CAFFIERO, CHAUVIE (fasciste notoire), 2 permanences S.O.L., sabotage de locaux de collaborateurs et d'adversaires notoires, intimidation, destruction de poteaux télégraphiques, etc...

Fin octobre la période de rodage est terminée, nous pouvons passer aux choses sérieuses.

Le 11 NOVEMBRE 1942 nous organisons une Manifestation de tous les effectifs (Place Massena -Av. Victoire). sauf les responsables sur ordre de LAURON.

Le 12 NOVEMBRE à lieu une réunion bureau départemental chez BERMOND. Lors de cette réunion, BROWN et d'Edouard AIEXANDER, demandent la recrudescence d'activité,

Il est donné carte blanche au chef départemental des GROUPES FRANCS E. ALEXANDER pour tout sabotage qu'il jugera utile.

Le Chef Départemental se voit autorisé à engager tous les effectifs des GROUPES FRANCS, par contre les mouvements ne doivent pas bouger.

Le soir un groupe composé CARISIO, Raymond ALEXANDER, Edouard ALEXANDER, BROWN avec deux groupes en couverture attaque la Caserne St Jean d'Angely, occupée par les Italiens.

RESULTATS : Mise à feu de barils d'essences, de prise de deux mousquetons, 2 mitraillettes, et de la nourriture.

Mais, malgré cette prise, notre matériel d'armement est faible et cela nous impose de le faire circuler entre les divers groupes lors de chaque action.

Grâce à LAURON, E. ALEXANDER contacte BAILLET, greffier du Tribunal Civil qui a la clé du greffe et des armes saisies mais 100 fois E, ALEXANDER va chez lui pour prendre des armes ; en vain.

La loi sur la détention d'armes nous est utile, ( LOI n° 773 du 7 août 1942 punissant de la peine De mort la détention d'explosifs et les dépôts d'armes) nous permet d'armer une trentaine de GROUPES FRANCS avec des armes récupérées auprès de diverses personnes les détenant et voulant s'en débarrasser.

Le 20 Décembre 1942 BOIS revient à Nice avec MENTHA Chef Régional.

Il donne rendez-vous à Edouard ALEXANDER pour le 7 janvier, pour que ce dernier lui présente quelques membres des GROUPES FRANCS. Le 7 Janvier 1943 Edouard ALEXANDER présente à BOIS une dizaine de ses hommes et celui-ci leur demande une belle action,

Le 10 Janvier 1943 à 22h 10 nous faisons sauter le tunnel de RIQUIER malgré un poste de garde devant l'entrée du tunnel.

Matériel utilisé : plastic et mise de contact électrique.
Résultat : 16 heures d'interruption du trafic,

L'opération a été menée par BROWN, ISSAURAT et Raymond et Edouard ALEXANDER.

Le lendemain nous rencontrons BOIS qui est enchanté du résultat et qui nous propose de faire partie de l'équipe des GROUPES FRANCS Nationaux.

Nous prenons rendez-vous pour le 25 Février 43 en nous promettant bien de mener d'ici là des opérations d'envergures.

Les deux opérations suivantes furent :

- Le sabotage du pont de l'Escarene
- Le Sabotage du Pont SAINT LAURENT avec un effectif de 14 hommes.

Depuis septembre 1942, Edouard ALEXANDER avait pris contact avec les responsables départementaux des GROUPES FRANCS des autres mouvements pour les faire fusionner sur ordre de LAURON conformément à la ligne générale de fusion de COMBAT, LIBERATION, FRANCS-TIREURS pour créer les MUR.

BASKANS Chef départemental de LIBERATION finit par accepter et met sous les ordres d'Edouard ALEXANDER tout l'effectif des GROUPES FRANCS de LIBERATION mais ceux-ci n'étant pas opérationnels et il fallut les faire encadrer par les GROUPES FRANCS de FRANC-TIREURS sous le commandement d'ISSAURAT.

1e ordres d'ISSAURAT.

Les GROUPES FRANCS de FRANCS TIREURS furent placés sous le commandemant de Raymond ALEXANDER.

En ce qui concerne les GROUPES FRANCS de COMBAT, Edouard ALEXANDER ne réussit qu'un compromis ; BARDY de FORTOUL voulant garder la main sur ses GROUPES FRANCS. Il accepta cependant de marcher pour toute action d'ensemble des GROUPES FRANCS.

En ce qui concerne les F.T.P. il fut impossible d'avoir une réponse nette.

Quoi qu'il en soit lorsque BOIS revint sur NICE l'unité des GROUPES FRANCS était faite.

BROWN devient chef régional GROUPES FRANCS,
Edouard ALEXANDER chef Départemental des GROUPES FRANCS des Alpes Maritimes,

La fusion M.U.R. était faite avec à sa tête COMBOUL, LAURON, BASCANS.
 



Accéder aux archives